« La règle et le consentement » : un livre à lire et à relire pour Christine Musselin et Alain Abécassis (ép 4)

Photo : @université Paris Nanterre

C’est à l’occasion de ses 50 ans que France Universités (CPU) réédite la « Règle et le consentement », avec le concours des Presses universitaires de Paris Nanterre et des Presses de Sciences Po, et le soutien de GMF. Cet ouvrage écrit par René Rémond, grand historien, qui fut président de l’Université de Nanterre de 1971 à 1976 et premier vice-président de France Universités (CPU à l’époque), n’avait jamais été réédité depuis sa publication, en 1979.

Alain Abécassis * et Christine Musselin** se livrent dans cette interview croisée à une analyse éclairée de ce texte qui est à la fois un témoignage de l’expérience de René Rémond de sa présidence de l’Université de Nanterre, mais aussi une prise de recul par rapport aux spécificités de l’Université. Un livre que devrait lire tout nouveau président d’université pour avoir des clés pour mener son établissement dans la direction qu’il s’est définie.

France Universités : Qu’apprend tout nouveau président d’université à la lecture de ce livre ?

Christine Musselin : Ce livre peut être lu comme un guide de bonnes pratiques : René Rémond donne des clés très concrètes qu’il est bon d’avoir en tête lorsqu’on prend la tête d’un établissement : aller à la rencontre des manifestants avant qu’ils ne viennent envahir les bureaux, limiter la durée des réunions…

Tout l’ouvrage est sous-tendu par l’importance, pour un président d’université, d’incarner l’institution qu’il dirige. Pour orchestrer des entités aux logiques différentes, il importe en effet de prendre de la hauteur, de transcender les parties. Cela reste un défi pour les présidents actuels : ces derniers disposent aujourd’hui d’outils de gestion plus efficaces, mais cela ne suffit pas.

C’est un livre à lire et à relire régulièrement car à chaque lecture, on y découvre des éléments nouveaux !

Alain Abécassis : En effet, c’est un livre que je conseille à tout nouveau président. Car il met en lumière le fait qu’être président d’université est un véritable métier. Les multiples dimensions de la fonction y sont décrites, ainsi que les points de vigilance à avoir en tête pour mener à bien sa mission.

C’est en prenant en compte l’ensemble des courants et des forces de l’Université que le président peut incarner l’Institution et avoir ainsi la légitimité nécessaire pour faire accepter sa gouvernance.  Défendre l’intérêt général passe par la gestion des rapports de force entre les différents acteurs internes et externes et la définition de compromis acceptables par tous.

Ce livre doit être accueilli comme la confidence d’un président pleinement engagé, qui a su théoriser la fonction de manière remarquable.

CM : A l’époque de René Rémond, mais aujourd’hui encore, le statut de président d’université oscille entre la figure du « primus inter pares », où la notion de consensus prime, et celle de manager qui doit donner une impulsion.  L’écoute est indispensable, mais la capacité de donner une direction l’est tout autant. 

France Universités : Comment expliquer le choix de l’ouvrage « La règle et le consentement » ?

CM : C’est un titre assez énigmatique. René Rémond avait aussi pensé à intituler son ouvrage « J’ai été un président heureux », « la face cachée de Nanterre » ou encore « Université et société ». Mais non, c’est « La règle et le consentement » que l’auteur a finalement choisi… Car ces deux mots reflètent le défi du président : faire accepter des principes communs.

Le livre montre comment René Rémond a essayé de construire des principes de fonctionnement partagés. C’est ce qu’il appelle «la règle », que j’aurais personnellement plutôt nommé « principe ».

Le président doit réussir le défi de faire accepter cette règle. C’est ce qu’il nomme « le consentement ».

AA : Pour René Rémond, réussir l’exercice du pouvoir, c’est réussir à lier le leadership et l’adhésion par la communauté concernée. Il considère qu’un homme de pouvoir doit rechercher cet équilibre. C’est un « crédo » qui l’accompagne dans toute sa pensée, en tant qu’analyste du pouvoir politique, mais aussi en tant que praticien d’un pouvoir institutionnel.

La règle et le consentement est son ouvrage le plus personnel, et pourtant c’est celui qui a rencontré le moins de succès auprès du public. Etonnant, et émouvant !

*Alain Abécassis, inspecteur général de l’éducation, du sport et de Recherche, et ancien Directeur général de France Universités, fut l’élève de René Rémond lorsqu’il étudiait sur les bancs de Science Po ; il le côtoie de nouveau entre 1991 et 1994 alors qu’il négocie le premier contrat de ce même établissement avec le Directeur Alain Lancelot et que René Rémond est président de la fondation nationale des sciences politiques.

**Christine Musselin, sociologue, et directrice de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po découvre le livre alors qu’elle effectue sa thèse sur la comparaison entre les universités françaises et allemandes. René Rémond sera d’ailleurs membre de son jury ! Elle le revoit lorsqu’elle devient directrice du centre de sociologie des organisations.

« La Règle et le consentement », René Rémond, éd. France Universités, Presses universitaires de Paris Nanterre et Presses de la Fondation nationale des sciences politiques

Disponible sur demande auprès de communication@franceuniversites.fr ; tirages limités

Lire l’épisode 1 sur le témoignage légué par René Rémond de sa présidence de l’Université Paris Nanterre

Lire l’épisode 2 sur le parallélisme entre l’organisation d’une université et celle de la Société

Lire l’épisode 3 sur l’évolution du métier de président entre hier et aujourd’hui

Sur le même thème

20 septembre 2022

France Universités vous proposera chaque lundi une veille d’information hebdomadaire et gratuite : actualité...