Episode 1 - « La Règle et le consentement », de René Rémond : interview de Christine Musselin et d’Alain Abécassis

C’est à l’occasion de ses 50 ans que France Universités (CPU) réédite, avec le concours des Presses universitaires de Paris Nanterre et des Presses de Sciences Po, et le soutien de GMF, la « Règle et le consentement ». Cet ouvrage écrit par René Rémond, grand historien, qui fut président de l’Université de Nanterre de 1971 à 1976 et premier vice-président de France Universités (CPU à l’époque), n’avait jamais été réédité depuis sa publication en 1979.

Alain Abécassis * et Christine Musselin** se livrent dans ce regard croisé à une analyse éclairée de ce texte qui est à la fois un témoignage de l’expérience de René Rémond de sa présidence de l’Université de Nanterre, mais aussi une prise de recul par rapport aux spécificités de l’Université. Un livre que devrait lire tout nouveau président d’université pour avoir des clés pour mener son établissement dans la direction qu’il s’est défini.

 

Quel témoignage René Rémond nous lègue-t-il de sa présidence de l’Université de Nanterre de 1971 à 1976 ?

Christine Musselin : Ce livre est d’abord un témoignage personnel. René Rémond y décrit ses souvenirs, sa perception et sa compréhension des événements qui secouent l’Université de Nanterre au début des années 70. Il est extrêmement précis et concret lorsqu’il décrit comment se déroule une journée de président, les blocages, les épisodes de grèves…

Mais c’est un témoignage d’une nature très particulière car allant bien au-delà de la simple autobiographie. En effet, la capacité de l’auteur à prendre de la distance par rapport à ce qu’il a vécu et à en fournir une interprétation historique fait presque du livre un objet de recherche en soi.  

Alain Abécassis : C’est un témoignage qui a marqué les contemporains de René Rémond, en particulier ceux de ses collègues qui ont exercé des fonctions voisines en même temps que lui. Axé sur la gouvernance des universités, il a la particularité de mêler des éléments historiques, sociologiques et de sciences politiques. René Rémond écrit ce livre en étant conscient du moment historique qu’est en train de vivre la toute nouvelle Université de Nanterre et du rôle déterminant qu’elle aura dans l’histoire universitaire, sociologique et même politique de notre pays. Mais il témoigne aussi pour l’ensemble des universités. Ce livre ne paraît qu’une seule fois, en 1979. Il n’a jamais été réédité jusqu’à aujourd’hui, sans doute parce qu’il fait partie de ceux des ouvrages de René Rémond qui ont rencontré le moins de succès. 

CM : Lorsque j’ai lu ce livre pour la première fois au milieu des années 80, j’ai été très frappée par le niveau de conflictualité qui y est décrit : violence dans les réunions, violence dans les attaques… René Rémond dit même qu’il a eu peur ! Être président de Nanterre à cette époque n’était pas simple.

J’ai relu ce livre très récemment, lorsque j’ai été sollicitée pour en rédiger la préface. Et j’en ai découvert d’autres facettes.

Par certains aspects, c’est un guide pratique, qui donne des conseils et fait des suggestions, comme la bonne organisation de la rentrée universitaire, les obstacles à éviter pendant l’année ou encore le meilleur moment pour organiser des élections. Toute personne qui prend de nouvelles responsabilités dans un établissement devrait s’y plonger !

Mais il y a plusieurs autres niveaux d’analyse, ce qui crée un texte riche original. René Rémond est l’incarnation typique de l’intellectuel français de l’époque, capable de se nourrir des disciplines voisines pour ne pas se limiter à la seule perspective historique.

AA : On sent à quel point René Rémond s’amuse en convoquant les disciplines de ses autres collègues. Il réussit par là même à avoir une approche précise de l’Université de Nanterre, mais aussi de la Conférence des présidents d’université (aujourd’hui « France Universités ») et des universités dans leur ensemble.

René Rémond nous offre avec cet ouvrage, un creuset exceptionnel dans lequel se mêlent témoignage, analyse et théorisation.

*Alain Abécassis, inspecteur général de l’éducation, du sport et de Recherche, et ancien Directeur général de France Universités, fut l’élève de René Rémond lorsqu’il étudiait sur les bancs de Science Po ; il le côtoie de nouveau entre 1991 et 1994 alors qu’il négocie le premier contrat de ce même établissement avec le Directeur Alain Lancelot et que René Rémond est président de la fondation nationale des sciences politiques.

**Christine Musselin, sociologue, et directrice de recherche au CNRS au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po découvre le livre alors qu’elle effectue sa thèse sur la comparaison entre les universités françaises et allemandes. René Rémond sera d’ailleurs membre de son jury ! Elle le revoit lorsqu’elle devient directrice du centre de sociologie des organisations.

« La Règle et le consentement », René Rémond, éd. France Universités, Presses universitaires de Paris Nanterre et Presses de la Fondation nationale des sciences politiques

Disponible sur demande auprès de communication@franceuniversites.fr ; tirages limités