International : Les détentions arbitraires de scientifiques doivent cesser

17 janvier 2020

Communiqués

Plusieurs de nos collègues restent aujourd’hui encore emprisonnés ou privés de leur liberté de mouvement en Iran ou en Turquie. Fariba Adelkhah, Roland Marchal, Tuan Altinel et Kylie Moore-Gilbert, notamment, attendent un hypothétique procès qui n’offre aucune garantie d’équité.
Il est urgent que ces détentions arbitraires cessent et que nos collègues soient à même de reprendre leurs activités

Sur le même thème

24 mars 2022

En s’attaquant à une université au risque de tuer ou de blesser des étudiants, des professeurs et des chercheurs, c’est aux forces vives de l’Ukraine que l’on porte sciemment atteinte, à s (...)