Présidentielle 2022 : le discours de Guillaume Gellé au CNESER du 12 avril

Je voudrais, en préambule, madame la directrice générale vous remercier pour cet hommage du Cneser à Alain Abécassis  qui a tant apporté à la communauté universitaire, par ses engagements, son dévouement mais aussi sa gentillesse.

C’est, par ailleurs, avec une certaine gravité, Mesdames et Messieurs les membres du CNESER que je souhaite m’adresser à vous aujourd’hui, au nom (du CA) de France Universités, au surlendemain du 1er tour de l’élection présidentielle.

France Universités, je le rappelle, rassemble 116 établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et représente, à travers leurs dirigeantes et dirigeants, près de deux millions d’étudiants, 200 000 personnels et 3 000 laboratoires de recherche. Son rôle est de porter la voix des universités dans le débat public.

Nous sommes convaincus, à l’instar des enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs et plus largement des personnels de nos établissements, qu’une science libre et qu’un accès aux connaissances sont des éléments essentiels et non négociables de toute démocratie, garantissant des droits humains fondamentaux dont chacune et chacun devrait bénéficier partout. Nous portons donc collectivement les valeurs d’universalité, de tolérance et d’ouverture européenne et internationale qui font l’essence même de l’université.

Or, les idées et principes véhiculés par la candidature de Marine Le Pen sont résolument d’extrême droite. Son programme est contraire à nos valeurs, comme chercheurs, comme enseignants, comme dirigeants d’établissements, mais d’abord, c’est important de le souligner, comme humanistes. 

Son programme va à l’encontre de notre vision de la société française, faisant craindre des menaces sur la place de la science, sur la place des libertés individuelles et collectives, sur l’État de droit et sur la construction européenne. 

Il contrevient à la tradition universitaire multiséculaire d’accueil des étudiants et chercheurs internationaux.  Son programme comporte des risques réels pour la formation de la jeunesse et la production du savoir dans notre pays, mais aussi pour la place et l’image de la France dans le monde.

C’est pourquoi France Universités appelle à combattre l’extrémisme que porte la candidature de Marine Le Pen et à voter pour Emmanuel Macron le 24 avril prochain.

Mesdames et Messieurs, je vous remercie.

Sur le même thème

12 avril 2022

Le dimanche 24 avril 2022, les Françaises et les Français choisiront leur représentant à la magistrature suprême. Il s’agit là d’un choix crucial pour les cinq prochaines années.

22 janvier 2022

L’élection présidentielle des 10 et 24 avril et les élections législatives des 12 et 19 juin 2022 donnent l’opportunité à France Universités de formuler, à l’attention de l’ensemble de (...)