La CPU se réjouit de la libération du chercheur Roland Marchal détenu en Iran depuis le mois de juin 2019.

La CPU se réjouit de la libération du chercheur Roland Marchal détenu en Iran depuis le mois de juin 2019. Sa mobilisation reste entière en faveur de Fariba Adelkhah dont la détention se poursuit dans des conditions tout aussi arbitraires et dont l’état de santé suscite la plus vive inquiétude.

Sur le même thème

24 mars 2022

En s’attaquant à une université au risque de tuer ou de blesser des étudiants, des professeurs et des chercheurs, c’est aux forces vives de l’Ukraine que l’on porte sciemment atteinte, à s (...)